La télévision canadienne a diffusé un reportage qui résume les principaux dangers auxquels sont exposés les utilisateurs de réseaux sociaux. Mais la prime de risque est désormais à l’avantage de ceux qui savent s’en servir.

Avec ses 31,3 millions de visiteurs uniques, Facebook prétend couvrir les trois quarts de la population française. L’autre réseau social phare Twitter n’a réuni que 8% des internautes français, mais quand même 3,4 millions de visiteurs tous les mois. Le premier réseau social professionnel fait pâle figure avec ses 2,9 millions de visiteurs mensuels ! Mais Viadeo est visité par 2,9 millions de personnes tous les mois. Autant dire que le Web a fait sa mutation avec ce phénomène de socialisation n’est pas un vain mot, où malgré tout leur usage n’est pas encore très bien balisé. Si des affaires ont successivement défrayé la chronique au sujet de l’utilisation de données à des fins de détournement, des utilisateurs appréhendent désormais de tirer profit d’un outil dont ils maîtrisent mal la portée.

Ce petit reportage de la télévision canadienne, dresse un rapide inventaire des principaux problèmes auxquels les utilisateurs de réseaux sociaux ont lieu de se soucier avant de se lancer dans l’aventure, et quelques pistes de réflexions qu’ils pourront explorer sur Internet pour les approfondir. Dans ce domaine, il est d’ailleurs primordial d’abandonner l’idée selon laquelle notre vie virtuelle ne serait qu’un avatar sans rapport avec la vie réelle, où la frontière de l’écran d’ordinateur serait étanche. Rien n’est plus faux sur un réseau mondial, où derrière chaque poste de travail, communiquent les personnes vivantes, avec leurs qualités et leurs défauts, avec leurs intérêts et quelquefois de mauvaises intentions ! S’il fallait oser une comparaison, Internet serait plutôt comme un hall de gare où l’on se croise souvent sans se parler, mais où plein d’échanges se produisent néanmoins.

Réfléchir avant de poster n’importe quoi. Comme en garde-à-vue ou dans la vie de tous les jours, tout ce que vous dites peut être retenu contre vous et nous le verrons un peu plus loin, avoir des conséquences néfastes. Pour une blague de mauvais goût, un commentaire incendiaire, l’anonymat des pseudos ne garantit pas toute impunité. Chaque ordinateur est identifié au réseau par son adresse IP, des propos diffamatoires ou répréhensibles font parfois l’objet d’une enquête policière, après dépôt de plainte par celle ou celui qui s’estime victime d’un préjudice. Plus généralement, les traces de chacun sur Internet peuvent être recoupées par des sociétés dont le métier est la protection de la réputation numérique, ou des personnes qui veulent vous nuire pour une raison ou une autre. Un pseudo n’est pas anodin, et la photo de votre profil permet de vous identifier.

Compartimentez vos activités sur Internet. Vous n’allez pas forcément en boîte avec votre supérieur hiérarchique, et ne lui racontez pas par le menu les aventures que vous vivez. Il vaut mieux choisir des profils différents à chaque activité, à chaque réseau sur lequel vous êtes inscrit, selon le style de contributions que vous y postez, ne mélangez pas les torchons avec les torchons avec les serviettes. Facebook s’applique à vous faire d’agréables moments entre amis, Twitter pour suivre l’information ou militer selon sa propre sensibilité politique, et Viadeo pour nouer des contacts à caractère professionnel. S’il n’est pas nécessaire de se cacher pour mener plusieurs activités en parallèle, il ne l’est pas non plus de s’afficher, ni de mélanger les genres. La personne soupçonnée de simuler une dépression à cause de photos de vacances sur Facebook n’avait sans doute pas fait attention aux paramètres de confidentialité.

La confidentialité n’est pas garantie par les différents réseaux sociaux, car elle est paramétrable par chaque utilisateur, et gérée hors de son contrôle. Il est préférable avant de s’inscrire sur un réseau social de vérifier par soi-même à l’aide de son moteur de recherche favori comment le gestionnaire du site filtre les informations qui lui sont confiées par les utilisateurs. Des adresses de courrier électronique aux photos, une recherche avancée offre des horizons nouveaux sur la manière dont les sites protègent les données sensibles qu’ils recèlent. Il est également utile d’effectuer une recherche à propos d’éventuelles mésaventures que d’autres auraient pu avoir avec tel ou tel réseau social avant de s’embarquer. Une deuxième chose à faire est de consulter attentivement l’aide en ligne pour bloquer ses informations à des publics ciblés. Une fois inscrit, enfin, veiller à fermer les sessions dès que l’on quitte un service, avant de s’identifier sur un autre, et même, par précaution supplémentaire pour effacer les cookies de session, fermer son navigateur.

Les entreprises doivent également veiller à leur réputation. L’utilisateur a les mêmes techniques à sa disposition, et la solution proposée ici est bien trouvée pour ceux qui recherchent une véritable image de marque. Parmi les résultats de recherche, une hiérarchie est faite, en fonction du nombre de contributions sur un même sujet et en cours de validation actuellement sur la chronologie des activités. Postez bien, postez beaucoup !

Réagissez à cet article ! Notez que les commentaires sont en dofollow sur Vite CV, pour vous aider dans le référencement de votre site Web en postant plus de commentaires sur les blogs.

  • 792