La population française vieillit, mais augmente toujours. Des projections de la population à l’horizon 2060, rendues publiques ce jour par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), prévoient un fort essor de la part des seniors dans la population active, conséquence de la réforme des retraites.

Les plus de 55 ans vont représenter près de 18% de la population active à l’horizon 2060, contre 12,4% en 2010. Le nombre total d’actifs est encore en forte augmentation jusqu’en 2025, atteignant 30,1 millions en 2030, et 31,2 millions en 2060, soit 2,85 millions de plus qu’en 2010. Le scénario prend en compte l’effet d’une fécondité élevée ces dernières années, ainsi que celui de la réforme des retraites, qui repousse progressive l’âge légal du départ à la retraite à 62 ans, pour les assurés nés en 1956. D’autre part, l’immigration ne devrait pas avoir d’effet sur la structure de la population active.

La France devrait ainsi compter 1,5 actif de plus de 60 ans en 2060 contre 2,1 en 2010. Une augmentation de la population active serait uniquement l’effet de la réforme des retraites, la part des jeunes demeure stable depuis l’arrêt du mouvement d’allongement des études dans les années 90, selon tous les scénarios envisagés, et en dépit d’une politique volontariste en ce qui concerne l’apprentissage. La part des 50 ans et plus continue à croître à la fois parce que l’activité des seniors remonte, mais aussi parce que se retrouvent dans ces classes d’âges les générations nombreuses du « baby-boom » nées entre 1946 et 1974.

38,9% des personnes âgées de 55 à 64 ans avaient un emploi en 2009. Un taux qui reste faible, et en dessous de celui de la moyenne constatée dans les pays européens. Il est également très inférieur à l’objectif de 50% fixé par la stratégie de Lisbonne. L’Insee sur un « effet horizon », qui incitera « les salariés et employeurs à davantage de maintien dans l’emploi » avec le recul de l’âge du départ à la retraite. Mais le taux d’emploi demeure un levier privilégié pour limiter l’exclusion des seniors du marché du travail, et maîtriser les dépenses de retraites. Une amélioration sensible a eu lieu entre 1998 et 2004, due à un effet démographique, avec l’arrivée dans la tranche d’âge de générations plus nombreuses et plus actives.

Cependant, le taux d’emploi des personnes de plus de 55 ans s’est ensuite stabilisé, avec l’arrivée de ces mêmes générations dans la tranche d’âge de 60-64 ans, nettement moins active.

Réagissez à cet article ! Notez que les commentaires sont en dofollow sur Vite CV, pour vous aider dans le référencement de votre site Web en postant plus de commentaires sur les blogs.

  • 295