Le Web 2.0 a suscité l’émergence des réseaux sociaux, mais les chômeurs n’y passeraient cependant pas leurs journées pour trouver une opportunité qui va leur permettre de rebondir dans leur recherche d’emploi.

Pourtant, les demandeurs d’emploi ne restent pas les bras ballants, et note Le Nouvel Obs., ils ont même développé des attitudes et des initiatives de façon à s’abstraire le plus possible du service public de l’emploi, qui aura vu son image se dégrader, au fur et à mesure que le problème du chômage est apparu endémique. La révolution des Technologies de l’information et de la communication (TIC) a fait naître un rapport à la fois plus direct par sa forme, et distant par sa technologie, dans toutes sortes de démarches.

« Aujourd’hui, ces effets peuvent être atténués grâce à l’introduction des TIC, révèle le site Internet de l’hebdomadaire, qui apparaissent pour eux comme des outils permettant d’effectuer les démarches d’actualisation à distance sans être obligés de fréquenter l’institution experte ». Par rapport à un assouplissement des démarches vis-à-vis de l’administration, se crée une relation nouvelle et différente avec les responsables du recrutement… Les Espaces publics numériques (EPN) plaisent au demandeur d’emploi.

Ils « retrouvent d’une certaine manière la dimension sociale endommagée par la médiatisation des relations d’aide », et de nombreuses collectivités locales ont mis en place des espaces dédiés à la recherche d’emploi, mais en privilégiant l’interface informatique. Les personnes utilisent alors des outils mis à leur disposition, en toute autonomie, et en conservant toute la capacité d’initiative qu’ils ont retrouvée avec les nouvelles technologies ! Les relations sociales y sont aplaties, et ne souffrent plus d’un rapport de subordination qui prévaut dans la relation directe.

C’est dans ce contexte que les réseaux sociaux professionnels ont semblé être susceptible d’apporter un avantage supplémentaire dans la recherche d’emploi. Ils n’interviennent que dans 1% du processus de recrutement, à en croire une enquête de Kelly Services sur l’ensemble de ses sites Web, et relayée par Le Figaro. Pourtant, « L’utilisation du média social dans la recherche d’emploi devient plus fréquente car elle permet de cibler le poste voulu et l’entreprise, souligne Marc Riou, son directeur général. Candidats et employeurs sont de plus en plus adeptes de ce moyen ».

Les réseaux sociaux présentent en effet l’avantage de combiner toutes les ressources du Web 2.0 : informations à caractère éditorial, CV en ligne, forums, et micro-blogging comme sur de nombreuses plates-formes Web dédiées aux loisirs ou au développement informatique. Des responsables du recrutement les utilisent déjà de manière courante, afin de détecter des profils intéressants, ou communiquer sur leurs opportunités d’embauche, mais les internautes adoptent encore une attitude méfiante vis-à-vis de ces outils, dont la politique liée à l’utilisation des données n’est pas claire. La cyber-surveillance par ailleurs se développe et inspire à la retenue.

Pourtant participer à un réseau social présente un certain avantage dans la recherche d’emploi, justement parce qu’il facilite la mise en relation avec les responsables du recrutement, qui y effectuent une veille. Sur les 80% des personnes interrogées pour cette étude et qui utilisent les réseaux dans un objectif professionnel, « 15% affirment qu’il est essentiel d’y être présent pour évoluer ».

Réagissez à cet article ! Notez que les commentaires sont en dofollow sur Vite CV, pour vous aider dans le référencement de votre site Web en postant plus de commentaires sur les blogs.

  • 389