Initiée en 2009 par l’Apec, sur la base d’un questionnaire en ligne en lieu et place d’une lettre de motivation jointe CV, la formule n’a pas vraiment séduit les professionnels des ressources humaines, mais cette idée fait son petit bonhomme de chemin avec des bonnes fortunes insoupçonnées.

Devant la pléthore de candidatures les entreprises éprouvent toujours plus de difficultés pour dénicher l’oiseau rare, ou simplement le profil idéal en utilisant leurs procédures de recrutement habituelles. Parfois les candidats se préparent à un véritable parcours du combattant et peaufinent tellement leur démarche, qu’elle ne présente plus aucune originalité par rapport aux autres, avec leur ambition de coller parfaitement à la définition du poste à pourvoir. Comment démêler l’enjolivé de l’authentique ? D’un autre côté, les entreprises se plaignent de recruter des profils trop formatés.

L’Apec, ou l’association pour l’emploi des cadres, a imaginé une solution qui permet de faire ressortir les compétences des candidats, et de préparer des entretiens d’embauches plus efficaces et pertinents. Le CV en effet, a désormais contre lui d’être bien trop standardisé, même en répondant aux critères de recherche des logiciels de tri utilisés par de nombreux cabinets en filtrant les éléments essentiels d’un profil grâce à un tri informatique… Le système est connu des candidats, qui jouent le jeu dans le sens inverse. Une deuxième phase de sélection, avec un entretien, permet de le valider.

Le processus de sélection imaginé par l’Apec est tout autre. Les candidats sont invités à répondre en ligne à un questionnaire de trente sujets destiné à valoriser leurs compétences au lieu de récapituler leur formation et leurs expériences professionnelles. La routine est brisée net, et les responsables du recrutement sont alors susceptibles d’observer les capacités de ceux-ci à se projeter dans les fonctions du poste à pourvoir. Nombreux postulants sont ravis par cette méthode, qui leur permet de vérifier a priori s’ils sont taillés pour l’emploi, et un certain nombre d’ailleurs, abandonne au cours de cette phase.

« Au moins, constate un adepte de la méthode, cela garantit que ceux qui ont persévéré sont réellement motivés ». En revanche, d’autres personnes se découvrent de nouvelles vocations : « Si j’avais répondu à une annonce classique, ce poste, je ne l’aurais certainement jamais eu », explique l’une des premières à bénéficier du recrutement sans CV. Des entreprises d’une grande envergure l’utilisent, comme Auchan, Danone, ou encore Orange, avec satisfaction, mais l’idée n’est pas encore entrée dans les faits. « Les dispositifs de sélection classiques sont, en général, discriminants pour les candidats qui ne correspondent pas à la norme ». Mais il y a la sécurité…

Ce sont en réalité les secteurs qui recherchent souvent vainement le profil atypique, où quand se fait sentir le besoin de main d’œuvre dans le bassin d’emploi, que le recrutement sans CV, ni lettre de motivation est adopté, avec parfois le concours des maisons de l’emploi, comme à Vitré, malgré un très faible taux de chômage. Les entreprises sont au pied du mur, elles sont prêtes à sauter le pas pour recruter des personnes parfois dépourvues d’expérience dans le métier, mais jugées capables de convenir au poste. Il est un fait aussi, que cette méthode n’est plus réservée aux cadres car tout récemment, des techniciens en trois huit ont été recrutés ainsi.

Réagissez à cet article ! Notez que les commentaires sont en dofollow sur Vite CV, pour vous aider dans le référencement de votre site Web en postant plus de commentaires sur les blogs.

  • 418